Zone médecinsZone privilègeZone infirmières

Portrait de la population

Découvrez l'état de santé des montréalais et des montréalaises de la Pointe-de-l'Île en cliquant ICI!


TOPO 2012 est le premier volet d'un vaste programme d'enquêtes qui permet de documenter l'état de santé des Montréalais à l'échelle des douze centres de santé et de services sociaux (CSSS) de l'île de Montréal.Cette enquête porte sur les principaux facteurs de risque et les conditions sociales associés aux maladies chroniques, telles le diabète, les cancers, les maladies respiratoires et cardiaques et l'hypertension.

EN QUELQUES MOTS...

La population globale sur le territoire du CSSS de la Pointe-de-l’Île se chiffre à 191 980 personnes, au dernier recensement de 2006.

Évolution démographique

Selon les projections de l’Institut de la statistique du Québec, d’ici 2011, la croissance de la population de la Pointe-de-l’Île devrait être nulle. Par contre, une forte augmentation de personnes âgées de 65 ans et plus est attendue, de même qu’une diminution de celle des personnes de moins de 15 ans.

Langue d’usage

Sur le territoire de la Pointe-de-l’Île[1], 78,1 % de la population parle le plus souvent en français à la maison, tandis que 10,5 % parle anglais et 11,4 % parle une autre langue.

 

Population immigrante

Lors du dernier recensement en 2006, 18,8 % des résidants du territoire étaient des personnes immigrantes[2] et, de ce nombre, seulement 3,1 % d’entre eux ont immigré au cours des cinq dernières années sur le territoire de la Pointe-de-l’Île, principalement à Mercier-Est—Anjou. Un pourcentage de 47 % des immigrants [3] du territoire proviennent de l’Italie (25,6 %) et d’Haïti (21,3 %). Ceux-ci se concentrent davantage sur le territoire de Rivière-des-Prairies.

Données socio-économiques

Sur le territoire, le pourcentage de la population vivant sous le seuil de faible revenu après impôt s’élève à 15,1 %, comparativement à 22,8 % à Montréal. La population de 15 ans et plus n’ayant pas de diplôme d’études secondaires s’élève à 27,1 % comparativement à 21,5 % à Montréal. [4] Sous le seuil de faible revenu [5] sur le territoire de la Pointe-de-l’Île, 38 575 personnes étaient dénombrées en 2006. Signalons qu’elles sont davantage concentrées dans les secteurs ouest de Rivière-des-Prairies (7 620 personnes) et de Pointe-aux-Trembles (7 390 personnes) ainsi que dans le sud et sud-est de Mercier-Est (7 595 personnes).

État de santé de la population [6]

Depuis 1995, la population du territoire est significativement plus touchée par les tumeurs, les maladies de l’appareil circulatoire et celles de l’appareil respiratoire que la moyenne montréalaise. Pour 2000-2004, l’incidence des cancers, celui du cancer du poumon et du cancer du sein chez la femme, est plus élevée que la moyenne montréalaise.

Grandes causes de décès [7]

Quatre maladies chroniques sont responsables de près de trois quarts des décès. Ce sont les cancers, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires et le diabète. Sur le territoire de la Pointe-de-l’Île, de 1995 à 1999, les taux de mortalité par cancer, par maladies de l’appareil circulatoire et de l’appareil respiratoire étaient plus élevés que ceux de l’île de Montréal. 

Par contre, en 2000-2004, les taux de mortalité reliés aux maladies cardiaques, cancer du poumon et aux maladies associées au tabagisme sont davantage élevés que ceux de la moyenne montréalaise. 

En 2003-2004, on dénombre 9 102 diabétiques diagnostiqués sur notre territoire et 374 décès reliés au diabète.

Les maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC) et l’asthme [8]

Les MPOC sont des maladies à long terme, habituellement causées par le tabagisme. Elles englobent quelques maladies pulmonaires dont les plus courantes sont la bronchite chronique et l’emphysème. 

Plusieurs personnes atteintes de MPOC ont ces deux maladies. Les MPOC s’accompagnent de symptômes comme l’essoufflement, un mucus abondant et la toux. Certaines personnes atteintes de MPOC disent qu’elles ont l’impression de respirer dans une paille.

La prévalence des MPOC chez les 40 ans et plus [9]

Constats :
En 2003-2004,

  • La prévalence des MPOC est supérieure sur le territoire de la Pointe-de-l’Île (3,6 %) à celle de Montréal (3 %);
  • 49,5 % des MPOC se retrouvent sur le territoire de Mercier-Est—Anjou;
  • Les hommes de 65 ans et plus sont les plus touchés par les MPOC, et ce, sur les trois territoires de CLSC dans des proportions semblables.

Pour visualiser les graphiques, veuillez consulter le rapport annuel 2012-2013 complet, aux pages 19 à 21.

 

Voir aussi «Principales caractéristiques de la population du CSSS de la Pointe-de-l'Île», données du recensement de 2006, produite par la Direction de santé publique de Montréal.

Pour consulter le portrait des familles de Mercier-Est, cliquez ici.

----------------------------------------------------------------

[1] Site Internet de la Direction de santé publique. Statistiques et surveillance, Panorama Santé Montréal – Statistiques détaillées par thème, Recensements canadiens, Statistique Canada.
[2]Direction de santé publique. Op. cit. p. 6.
[3] CSSS de la Pointe-de-l’Île. Portrait des maladies chroniques sur le territoire du CSSS de la Pointe-de-l’Île, avril 2009, p. 6.
[4] Direction de santé publique. Op. cit. p.7.
[5] CSSS de la Pointe-de-l’Île. Op. cit. p. 13.
[6] Ibid., p. 7
[7] Ibid., p. 8
[8] Ibid., p. 17
[9] Ibid.,